Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Si d’une part la considération de bons ou de mauvais élèves,inventée par les grandes agences de notation financière n’a pas l’air de plaire assez aux dirigeants africains, qui par leurs différentes techniques de mauvaise gouvernance conduisent toujours leurs pays respectifs dans une défaillance ou crise financière la plus profonde de leur histoire. D’autre part, une minorité de chefs d’Etat d’Afrique, figurant dans la restreinte liste des bons élèves pour leur bonne gestion des ressources naturelles, surtout produits monétaires s’impatientent que le Fonds monétaire International(FMI) ou d'autres grandes puissances leur jettent de fleurs de reconnaissance et surtout leur accordent de remises de dettes colossales pour mettre en œuvre leurs différents projets de développement au bénéfice de leurs pays. 

Tel est le cas de la Tunisie, le plus petit des Etats du Maghreb avec une superficie de 163610 kilomètres carrés (longtemps appelée « régence de Tunis »,notamment sous la domination ottomane, la Tunisie passe sous protectorat français le 12 mai 1881 avec la signature du traité du Bardo) qui a su convaincre les dirigeants du FMI.Cette grande institution monétaire est en passe de verser 319 millions de dollars(300 millions d’euros) après l’avis favorable d'une mission qui s'est rendue dans ce pays ces derniers jours.

A travers un communiqué de presse publié par nos confrères de la Tunisie, le lundi 17 avril 2017, le FMI a indiqué que la mission et les autorités tunisiennes s'étaient entendues sur les modalités de la poursuite du programme de réformes décidé en mai dernier et portant sur un prêt d'un total de 2,9 milliards de dollars. Sur cette somme, quelque 638,5 millions de dollars auront été versés avec ce nouveau déboursement.Les conclusions de la mission doivent à présent être approuvées par le Conseil d'administration du FMI qui suit quasi-systématiquement les recommandations de ses équipes.

Il est utile de rappeler que la Tunisie fait face à des défis économiques importants.La mission d’Observation du FMI considère que les déficits budgétaires et des comptes extérieurs de ce pays ont atteint des niveaux records, le pourcentage de la masse salariale dans le PIB total est maintenant l'un de plus importants au monde et la dette publique a encore augmenté à 63% du PIB à la fin 2016 alors que l'inflation de base a augmenté. Six ans après la chute de la dictature, la Tunisie ne parvient pas à faire redémarrer son économie. Tunis avait confirmé en février que le versement de la deuxième tranche d'aide avait été reporté en raison du retard pris dans la mise en œuvre des réformes. L’institution multilatérale appelle également à une réforme des retraites qui permettra d’assurer la viabilité du système de retraite pour les générations futures.

Ahmat Zéïdane Bichara

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article