Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

L’annonce de la fermeture prochaine de 47 radios privées au Mali fait grand bruit dans le secteur des médias. C’est la Haute autorité de communication (HAC) via son président  Fodié Touré, qui vient de taper du poing sur la table, en ordonnant cette fermeture lors des travaux de sa première session ordinaire annuelle, tenus le 13 avril 2017 à Bamako. La décision prise par l’instance chargée de réguler le monde des médias n’est pas du goût de tout le monde.Pour Bandiougou Danté, président de l’Union des radios et télévisions libres du Mali (Urtl) : « Il faut donner le temps à ces radios de se conformer à la loi. On ne ferme pas une radio comme on ferme une boutique, et il faut éviter le deux poids deux mesures ».

Il fait remarquer que les radios visées sont celles n’ayant pas d’autorisation d’émettre ou de simple autorisation provisoire. Pourtant, elles sont utiles à leurs populations locales éloignées des grands centres urbains. En même temps, il dénonce le système de piston ou de parrainage qui a visiblement permis à certaines radios d’obtenir leur autorisation définitive. Comme quoi tout le monde n’est pas logé dans la même enseigne dans une République malienne censée garantir le principe d’égalité. Malgré tout, le président de l’Urtl, qui compte 400 radios réparties sur le territoire malien, tient un discours de responsabilité en affirmant « Nous voulons aider à réguler le secteur, à lutter contre les radios qui ne respectent pas la déontologie, mais de grâce, qu’on aide les radios à grandir ».

La Rédaction

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article