Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Ce mois d’Avril n’est pas encore terminé. Il reste plus d'une dizaine de jours, mais il s’est déjà passé énormément d’événements dans le monde que l’embarras du choix qui se présente en nous, nous donne du fil à retordre. Nous ne savons plus assez lesquelles des informations publiées le plus rapidement possible pour vous afin que vous sachiez dans quelles conditions tel peuple ou tel autre avait passé la semaine. Après moult réflexion, nous avons choisi de publier quelques actualités de façon groupée en fonction de leur importance. Voici donc la teneur.

En France : Hollande réintègre solennellement 28 tirailleurs sénégalais dans la nationalité française.Le président français François a naturalisé samedi,  28 anciens "tirailleurs sénégalais" qui avaient combattu dans les rangs de l'armée française en Indochine ou en Algérie avant de perdre leur nationalité à l'indépendance des colonies africaines en 1960. Sous les ors de la salle des fêtes du palais présidentiel, l'Élysée, le chef de l'État a présidé cette cérémonie de réintégration dans la nationalité française et de "retrouvailles" avec la France de ces tirailleurs (dont un qui était représenté), nés entre 1927 et 1939. Dans le groupe figurent 23 Sénégalais, 2 Congolais, 2 Centrafricains et un Ivoirien. "Aujourd'hui, je pose un nouveau principe : ceux qui se sont battus pour la France et qui font le choix d'y vivre doivent pouvoir devenir Français", a-t-il dit, reconnaissant qu'il avait "fallu mener un long combat pour que la France consente enfin à réparer cette injustice ». «Vous êtes l'histoire de France", a lancé François Hollande à l'adresse de ces anciens militaires à la chéchia rouge. La France, a insisté le chef de l'État, avait une "dette de sang" à leur égard. Evoquant ceux "qui n'ont pas pu déposer leur demande dans les délais", il a également assuré que "tous les anciens tirailleurs qui résident en France et qui en feront la demande bénéficieront de la même réponse" positive. « C’est l'aboutissement d'un long combat, de nombreuses années", s'est réjouie pour sa part Aïssata Seck, adjointe à la maire de Bondy (banlieue nord de Paris), à l'origine de cette cérémonie. Petite-fille d'un ancien combattant sénégalais, elle avait lancé une pétition signée par 60.000 personnes, dont de nombreuses célébrités. Plus de 200.000 tirailleurs sénégalais ont servi sous la bannière tricolore lors de la Première guerre mondiale, 150.000 pour la Seconde, 60.000 en Indochine, selon l'historien Julien Fargettas, auteur d'un ouvrage sur le sujet.

En Egypte : Les coptes d'Egypte célèbrent Pâques sous haute surveillance. Les coptes d'Egypte s'apprêtaient à célébrer Pâques dans la tristesse et sous haute surveillance, après les attentats meurtriers qui ont frappé deux églises dimanche dernier. L’Eglise a annoncé que les célébrations de Pâques se limiteraient à une simple messe "compte tenu des circonstances actuelles et par solidarité avec les familles des victimes ». Le pape copte Tawadros II doit présider dans la cathédrale Saint-Marc au Caire une messe qui débute samedi soir et se poursuivra jusque tard dans la nuit. Les fidèles ont dû passer par trois détecteurs de métaux avant de pouvoir entrer dans l'enceinte de la cathédrale gardée par de nombreux policiers. Les rues adjacentes ont été interdites à la circulation par la police. Lundi, le gouvernement égyptien a instauré l'état d'urgence, au lendemain des deux attentats suicide contre des églises coptes qui ont fait 45 morts et ont été revendiqués par le groupe djihadiste Etat islamique (EI).Pour les coptes, les chrétiens d'Egypte, la fête de Pâques, avec celle de Noël, est la plus importante de leur calendrier liturgique. "Les églises ne seront pas décorées et les lieux ordinairement réservés à l'accueil des fidèles souhaitant échanger leurs vœux resteront fermés", a déclaré à l'AFP un responsable du patriarcat copte.Les attentats du dimanche des Rameaux ayant frappé deux églises à "Tanta et Alexandrie (deux villes du nord) ont provoqué un grand choc, pour tous en Egypte", a déclaré Boulos Halim, porte-parole de l'Eglise copte.il a indiqué qu'à la place de l'échange traditionnel des voeux dimanche matin, les fidèles se rendraient auprès des familles des victimes et des blessés.Les coptes, qui représentent environ 10% des 92 millions d'Egyptiens, ont été ciblés à plusieurs reprises au cours des derniers mois. En décembre, un kamikaze de l'EI s'était fait exploser dans une église du Caire, tuant 29 personnes

Aux USA: une juge fédérale prend la défense de condamnés à mort et recule leur exécution.Une juge fédérale américaine a bloqué samedi l'exécution prévue avant la fin du mois de plusieurs condamnés à mort dans l'Arkansas, dont les responsables avaient fixé un calendrier resserré en raison de la proche péremption d'un produit utilisé dans l'injection létale. Les autorités de cet Etat du sud des Etats-Unis devraient faire appel de cette injonction de la juge fédérale de première instance Kristine Baker, basée à Little Rock, afin de tenter de mener à bien les exécutions, les premières là-bas depuis 2005."La cour estime que les plaignants ont droit à une injonction préliminaire pour leur recours sur la méthode d'exécution, en vertu du huitième amendement", écrit la juge Baker, en référence à la partie de la Constitution américaine qui interdit les "peines cruelles ou inhabituelles». Le programme de mises à mort élaboré par le gouverneur conservateur Asa Hutchinson a donc déraillé, au moins temporairement. « Il est regrettable qu'une juge ait pris le parti de prisonniers condamnés, dans une ultime tentative de retarder la justice", a déclaré un porte-parole de la procureure générale de l'Arkansas dans un communiqué. Si tout s'était passé comme l'avaient prévu les autorités de l'Arkansas, huit condamnés auraient été mis à mort entre le 17 et le 27 avril. Mais deux prisonniers, dont un atteint de troubles mentaux, avaient obtenu un sursis dans deux décisions distinctes. Vendredi, un simple juge de district, Wendell Griffen, saisi par une société de distribution de produits pharmaceutiques, a bloqué de facto les six exécutions restantes, en attendant d'examiner sur le fond les arguments de la firme. Une suspension renforcée par la justice fédérale samedi. L’entreprise McKesson accuse les autorités pénitentiaires de lui avoir acheté du bromure de vécuronium, qui provoque une paralysie des muscles, sans la prévenir que ce produit serait employé dans un protocole visant à tuer des condamnés.

Aux USA toujours: La mort tragique de la première juge musulmane des Etats-Unis. Sheila Abdus-Salaam, la première juge musulmane des Etats-Unis, a été retrouvée morte dans l’Hudson river à New York mercredi. Les causes de son décès n’ont pas encore été établies. Qu’est-il arrivé à Sheila Abdus-Salaam ? Mercredi, le corps de cette femme de 65 ans a été retrouvé flottant dans l’Hudson river, du côté de Harlem, près de chez elle. C’est son mari qui a alerté la police de sa disparition mardi matin, indique le «New York Times». Il a été appelé mercredi à venir identifier le corps qui ne présentait pas de signes visibles de traumatismes ou de blessures. L’autopsie doit être faite afin d’établir les causes de la mort. Sheila Abdus-Salaam n’était pas une inconnue du grand public. Elle est devenue la première juge musulmane de l’Histoire des Etats-Unis en 1994. En 2013, elle est également devenue la première femme afro-américaine à obtenir le poste de juge associé à la Cour d’Appel de l’état New York, désignée par le gouverneur Andrew Cuomo. «En tant que première Afro-Américaine à être choisie à la Cour d’Appel, elle était une pionnière», a commenté ce dernier dans un communiqué mercredi. «A travers ses écrits, sa sagesse et sa morale inébranlable, elle était une force pour le bien dont l'héritage se fera sentir dans les années à venir», a-t-il ajouté. «Elle était profondément respectée et a été une inspiration pour beaucoup tout au long de sa carrière», a réagi le porte-parole de l'Assemblée de l'État de New York, Carl Heastie, dans un communiqué. «Sa disparition laisse un vide qui va être difficile à combler», a-t-il continué. «Je suis profondément attristé par la mort tragique de Sheila Abdus-Salaam. C’était une pionnière tellement humble. Mes pensées vont à sa famille », a tweeté mercredi le maire de New York, Bill de Blasio.

Aides dans le monde: L'aide au développement en hausse, sauf envers les pays les plus pauvres. Les aides au développement allouées par les pays industrialisés ont augmenté de 8,9% en 2016, à 142,6 milliards de dollars, dopées par l'assistance aux réfugiés, mais les apports aux pays les plus pauvres continuent de refluer, selon des données publiées mardi par l'OCDE. Les sommes consacrées à l'aide aux réfugiés ont ainsi grimpé de 27,5%, passant de 12,1 milliards à 15,4 milliards de dollars, a précisé l'Organisation pour la coopération et le développement économiques (OCDE) dans un communiqué. Même en excluant cette catégorie, les aides publiques au développement (APD) s'affichent toujours en hausse, de 7,1%, et ont doublé depuis l'an 2000.En revanche, "l'aide bilatérale pour le groupe des pays les moins développés a été de 24 milliards de dollars en 2016, en baisse de 3,9%", par rapport à 2015, note l'OCDE."Il est inacceptable – une fois encore – que l'aide aux pays les plus pauvres soit en régression", a déploré le secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurria, cité dans le communiqué. L'Afrique a notamment été touchée par une baisse de l'aide bilatérale de 0,5%, à 24 milliards d'euros. Seuls six pays de l'OCDE - Allemagne, Danemark, Luxembourg, Norvège, Royaume-Uni et Suède – ont atteint en 2016 l'objectif fixé par les Nations unies de maintenir l'APD à un niveau égal ou supérieur à 0,7% de leur revenu national brut (RNB). L’aide publique au développement a connu une forte hausse (+36,1%) en Allemagne, ce pays ayant doublé son aide aux réfugiés en un an. En France, la croissance a été plus modeste (+4,6%), portée par davantage de prêts bilatéraux. Les principaux contributeurs sont les Etats-Unis (33,6 milliards de dollars), l'Allemagne (24,7 milliards), le Royaume-Uni (18 milliards), le Japon (10,4 milliards) et la France (9,5 milliards). Pour l'aide aux réfugiés, l'Allemagne a accordé 6,2 milliards de dollars, bien davantage que les Etats-Unis (1,7 milliard) et l'Italie (1,7 milliard). La France y a pour sa part consacré 428 millions de dollars. «Il n'y a aucune raison valable pour expliquer ce retard de la France, surtout quand on se compare à nos voisins allemands. Le prochain quinquennat doit être celui qui verra la France retrouver sa place sur la scène internationale et renouer avec ses responsabilités", a réagi dans un communiqué Friederike Röder, directrice France de l'ONG One. « Faire de l'aide au développement un outil de contrôle des flux migratoires, un outil de diplomatie économique ou un dispositif dicté par des logiques sécuritaires grève le fonctionnement de l'aide", a également regretté Elsa Pietrucci, dans une réaction de l'organisation Action contre la Faim. L’aide au développement de la France s'élevait à 0,5% de son RNB en 2010 contre 0,38% actuellement, rappelle ACF.De son côté, Bercy a assuré dans un communiqué qu’en 2017, "les moyens financiers de l'aide au développement devraient à nouveau progresser nettement ». La hausse votée en loi de finances initiale, avec près de 400 millions d'euros supplémentaires, "devrait porter l'aide à plus de 0,4% du RNB", est-il précisé. D’ici à 2020, la France s'engage par ailleurs à augmenter de 4 milliards d'euros les financements annuels de l'Agence française de développement (AFD), ce qui placera le pays "sur le chemin de l'objectif des 0,7% du RNB dans le cadre de l'Agenda 2030 du développement durable", a encore rappelé Bercy.Avec trois autres ONG (Action Santé Mondiale, Care France et One), Action contre la faim a publié un comparateur de programmes des onze candidats à l'élection présidentielle française recensant leurs engagements en matière d'aide au développement. Seuls quatre d'entre eux (Benoît Hamon, Nicolas Dupont-Aignan, Jean-Luc Mélenchon et Jacques Cheminade) se sont engagés à porter l'aide française à 0,7% du RNB avant la fin du prochain quinquennat, a relevé l'ONG One.

Ahmat Zéïdane Bichara

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article