Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

 

« On n’a pas de pétrole, mais on a des idées », on passe à l’heure d’été dans un contexte de crise pétrolière, dès le mois de décembre 1973, Valéry Giscard d’Estaing, alors ministre des Finances, lance l’idée d’un changement d’heure à la fin du mois de mars pour limiter la consommation d’énergie. Certes, cette citation a été dite dans un contexte particulier au moment où les difficultés financières eurent frappé la France dans les années 70. En revanche, il faut bien noter que, même présentement, beaucoup d’Occidentaux pensent de la même manière que l’ancien président français, Valéry Giscard D’Estaing, à l’exceptionnel de quelques pays d’Europe de l’Est, dont leur fonctionnement, leurs cultures respectives et leurs modes de vie, voir leurs systèmes de gouvernance fonctionnent presque au même rythme que les Africains. Dans certains pays d’Europe de l’Est, tout comme dans beaucoup de pays africains, il y a du pétrole et surtout en un mot on constate une abondance de ressources naturelles, mais des bonnes idées en manquent cruellement. Et on se pose souvent des questions pour savoir la venue du temps dans lequel, les Africains privilégieront les bonnes idées d’abord avant toute chose. C’est aussi simple que ça. Michel Eyguem de Montaigne n’a certainement pas menti de dire « mieux vaut une tête bien faite qu’une tête bien pleine ». Une tête bien faite, c’est celle qui sait mettre en œuvre et pour des bonnes causes les belles idées partout là où c’est nécessaire. En Europe, aux USA ou au Canada, même dans le secteur privé, les belles idées boostent leurs initiatives, leur économique ou autres stratégies de développement quel que soit la valeur et le niveau d’une entreprise.

Tel est par exemple le cas du groupe de Télévision TF1(dont le siège social est basé à Paris) qui eut publié jeudi 27 avril 2017 un bénéfice net de de 27,7 millions d'euros au premier trimestre, après une perte de 13,1 millions sur la même période un an plus tôt, grâce à la bonne santé des chaînes TNT. Le groupe a aussi profité d'une progression du parrainage, à la faveur d'un assouplissement de la réglementation et d'une progression du chiffre d'affaires de la publicité numérique.TF1 a vu le chiffre d'affaires de ses autres activités, qu'il s'efforce de développer, progresser de 6,4%, grâce au cinéma et la musique. Le groupe affiche un résultat opérationnel courant de 36,3 millions d'euros, en hausse de 21,5 millions, grâce à sa stratégie d'économies de coûts, dont 7 millions sur la période au titre du plan Recover. Le résultat net bénéficie aussi de la cession de la participation de TF1 dans le groupe de production AB à Mediawan.

Nos confrères de la RTBF (Radio-Télévision belge, section française) ont décidément révélé que cette opération représente une quote-part de 7 millions d'euros dans les comptes du premier trimestre. Le chiffre d'affaires du groupe TF1 est en progression de 3,5% à 498,9 millions d'euros sur les trois premiers mois de l'année. Les recettes publicitaires sont globalement en hausse de 2,5% à 365,1 millions d'euros et de 2% pour les seules chaînes gratuites, grâce à une hausse des revenus publicitaires des chaînes de la TNT. Dans leur journal de 13h du jeudi 27 avril 2017, le directeur financier du TF1, Philippe Denevry avait justifié de lui-même que les recettes de la chaîne amiral TF1 sont en légère baisse, mais celle-ci est compensée par les chaînes de la TNT. TF1 a confirmé ses objectifs à moyen terme, et celui de stabiliser sa part de marché publicitaire cette année. Il reste prudent pour le deuxième trimestre en raison d'une faible visibilité et d'une période marquée par les élections (présidentielle et législatives).

La Rédaction.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article