Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

                Le parti socialiste français dans un grand dilemme ?

Après la fin de la primaire du Parti Socialiste (PS), le plus grand parti de la gauche Française, Benoît Hamon, ancien démissionnaire du Gouvernement de Hollande et puis devenu frondeur, fut élu le candidat du PS à l'élection présidentielle d'avril prochain en battant l'ancien Premier Ministre Manuel Valls considéré le plus favori. Benoît Hamon est élu grâce à son écart important de score face à Manuel Valls et aussi aux soutiens des frondeurs.

Après ces résultats des primaires (premier et second tour), en principe tous les socialistes du PS doivent soutenir Hamon a l'élection présidentielle. C'est le principe et la règle de l'organisation de la primaire. La primaire a élu un homme politique moins charismatique, rassembleur et moins avait une grande carrure de candidature du PS pour certains. Par conséquent il risque de faire perdre la présidentielle aux Socialistes face à d'autres candidats surtout de la droite républicaine représentée par les Républicains avec son candidat François Fillon, empêtré dans affaires qui l'ont beaucoup affaibli d'une part et d'autre part par l'extrême droite menée par Marine Le Pen, déjà elle passera au second tour dans les sondages. D'où de soutiens de plus en plus en faveur de Emmanuel Macron se multiplient et surtout des cadres du PS et certains membres du Gouvernement.

Une seconde difficulté pèse sur la campagne et même sur la personnalité de Benoît Hamon, le candidat officiel du P.S tient à sa position politique hostile contre les politiques du président Hollande depuis le début du mandat de ce dernier.
Hamon, démissionnaire du gouvernement de Hollande, le frondeur qui a participé avec les autres (frondeurs) à affaiblir Hollande jusqu'à ce dernier renonce à se présenter candidat à sa propre succession. Ce facteur et bien d'autres comme l'impopularité de Hollande dans les sondages, son résultat moins reluisant en matière économique, sociale...ont laminé son mandat.
Si aujourd'hui monsieur Hamon ne bénéficie pas du soutien de Hollande de manière officielle, active et de son camp, cela répond à sa position de fondeur et d'ailleurs Monsieur Hamon revendique et dit haut son rejet de Hollandisme et le critique ouvertement. Ce que Emmanuel Macron refuse de le faire et il bénéficie de soutien tacite de Hollande, soutien ouvert et officiel de l'ancien Premier Ministre Manuel Valls, d'autres Ministres en fonction, beaucoup d'autres cadre, intellectuels du PS et des personnalités politiques d'autres partis politiques...Le dilemme dans lequel se trouve le PS pose la question sur la véritable raison d'être de la primaire, expérimentée par le PS pour la troisième fois. Le choix entre un candidat choisi par les militants et sympathisants du parti mais moins charismatique et a moins de chance de remporter l'élection présidentielle et d'un autre candidat socialiste (Macron) en électron libre mais qui a la forte chance de gagner a déjà divisé les socialistes en trois camps :
- pro-Hamon par principe de la primaire et respect de ses résultats ;
- Pro-Macron par réalisme politique et contre les frondeurs ;
- le camp de la neutralité, ni l'un et l'autre jusqu'à une certaine date.

L'élection présidentielle française de 2016 par sa particularité peut révéler encore de surprises d'ici le 23 avril, date du premier tour. Il existe beaucoup de candidats de la gauche au premier tour, ce qui pourra révéler le risque de dispersion des voix de de la gauche face à deux candidats sérieux de la droite dont l'un, François Fillon (Les Républicains) bien qu'affaibli par les différents scandales mais demeure un redoutable adversaire pour la gauche et le second est Marine Le Pen de l'extrême droite, le Front National, candidate favorite.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article