Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

“Il vaut mieux faire l’information que la recevoir; il vaut mieux être acteur que critique'", déclare De Winston Churchill.Pour la deuxième fois consécutive les actualités africaines ont retenu l’attention de votre journal en ligne « Regards d’Africains de France ». Ces informations intéresseraient certainement les Africains ou les Africaines du continent et ceux de la diaspora, mais en réalité en matière du journalisme, la liberté de la presse n’a pas de limites. Elle va là où elle veut et là où elle peut. Et comme dit François Mitterrand, le défunt ancien président français : « la liberté de la presse ne s’use que quand on ne s’en sert pas ». Et c’est dans ce sens que « Regards d’Africains de France » estime que sa sélection d’informations africaines de ce Week-end qui se termine ce dimanche 30 avril 2017, répondra certainement à votre attente, c’est-à-dire vous nos lecteurs et lectrices, éparpillés à travers le monde.

Diaspora africaine à Amsterdam: Une femme d’origine noire défigurée à l’acide par le père de ses enfants. L’incident s’est déroulé à Amsterdam, alors que Shondell Williamson, âgée de 26 ans, rentrait à la maison après le travail. La femme blessée qui est actuellement traitée à l’hôpital de New Amsterdam a déclaré à la police qu’elle se séparait pour une courte période de temps de son agresseur Alfred De Young qui plus est le père de ses deux enfants. En effet, la jeune femme subissait depuis 10 ans des abus d’Alfred. Elle a rappelé qu’elle a reçu un appel de l’homme et qu’il a demandé à parler à ses deux enfants. Cependant, puisqu’elle venait juste de rentrer à la maison, elle lui a demandé de rappeler. Sur son troisième appel téléphonique, Shondel a dit avoir entendu la sonnette de la maison puis est allée ouvrir. Et sur qui tombe-t-elle ? Eh bien Alfred, habillé en tenue féminine ! Lui sommant de ne pas entrer dans la maison, elle remarque alors l’homme s’approcher d’elle et tenant une bouteille d’acide ainsi qu’un bol dans ses mains. La jeune mère déclare qu’avant qu’elle ne réagisse, il a jeté la substance dans son visage, puis a vidé une partie du contenu de la bouteille dans le bol afin de l’en asperger encore. Malgré la sensation de brûlure, Shondel a rapidement pressé le bouton d’une alarme. Cependant, l’homme était déjà en train de fuir. Il a ensuite cassé la bouteille sur la porte, avant de sauter dans une voiture d’attente. Les spéculations sont qu’Alfred se cachait derrière les deux étages que Shondel partageait avec un ami, en attente d’attaque (source presse locale d’Amsterdam).

France diaspora africaine: Le corps d’une septuagénaire a été retrouvé au fond d’un puits, dans la commune d’Erckartswiller, en Alsace. Sa fille vient d’être mise en examen pour avoir caché son corps pendant huit ans, afin de continuer à toucher sa pension de retraite. France. Après deux jours d’investigations, les gendarmes de la brigade de recherches de Saverne ont fait une macabre découverte, dans la nuit de mardi à mercredi. Le corps de la vieille dame disparue a été retrouvé « dans un puisard situé dans le garage », où la fille résidait avec son mari. Cette femme, âgée d’une cinquantaine d’années, aurait dissimulé le corps de sa mère afin de toucher sa pension de retraite. L’absence de la septuagénaire avait été à peine remarquée par le voisinage, pensant qu’elle était partie en maison de retraite. Pourtant, certains voisins ont continué de se poser des questions, ce qui a déclenché les investigations des gendarmes. La mort naturelle n’a pas encore été confirmée. Si la fille de la défunte assure que sa mère est morte de façon naturelle, le cadavre doit tout de même être autopsié pour infirmer ou confirmer les dires de la quinquagénaire. Cette dernière n’a pas été capable de dire avec précision à quand remonte le décès de sa mère. Elle situe sa mort entre 2006 et 2009.Après deux jours de garde à vue, elle a été mise en examen pour « escroquerie » et laissée libre sous contrôle judiciaire. Quant à son mari, propriétaire de la maison, il a été entendu sous le statut de témoin assisté (source ladepeche.fr).

Cameroun (Afrique centrale): il surprend sa femme en plein ébats amoureux, sa réaction vous surprendra. Ce qui s’est passé mercredi dernier dans la région du Nord Cameroun, précisément au quartier Camp chinois, a surpris plus d’un. Selon plusieurs sources concordantes, un homme aurait surpris sa femme en plein ébats amoureux avec un autre homme qu’il a considéré comme étant son amant. Pris d’une violente colère, le mari cocu qui n’a pas pu contenir sa jalousie, a pris de l’acide sulfurique pour le verser sur son épouse de 29 ans. Le liquide s’est répandu sur le corps de la dame et l’a brûlé au troisième degré. L’amant de sa femme quant à lui a réussi à s’en fuir sans la moindre égratignure. Gravement brûlée par l’acide sulfurique qui a été déversée sur elle, la jeune femme a été transportée immédiatement aux urgences de l’hôpital régional de Garoua, où elle reçoit des soins intensifs. C’est grâce à la rapidité et au grand cœur du voisinage qu’elle a pu arriver à l’hôpital. Aux dernières nouvelles, la vie de la dame serait toujours en danger. Les médecins ont expliqué que la dame a été brûlée au troisième degré. Le bourreau pour sa part, est en garde à vue à la police judiciaire de Garoua. Dans les tous prochains jours, il répondra de ses actes devant le juge du tribunal de première instance de Garoua. Il lui est reproché d’avoir tenté de mettre un terme à la vie de sa femme. Mais pour certains observateurs, il a agi sous le coup de la colère. Selon ces derniers, c’est plus une réaction passionnelle qu’un acte prémédité (source Afrikmag).

Sénégal (Afrique de l’Ouest): jugée en Arabie Saoudite pour le meurtre de sa patronne, Mbayand Diop condamné à mort. Alors que la presse locale avait, il y a quelques temps annoncé sa décapitation en Arabie Saoudite, où elle est emprisonnée pour meurtre de sa patronne, le sort de Mbayang Diop est scellé mardi dernier. En effet, selon les informations de Kaoci-com, la Sénégalaise a été jugée mardi, 25 avril dernier, et condamnée à la peine capitale par la justice saoudienne. C’était en présence des diplomates sénégalais accrédités en Arabie Saoudite. La jeune femme est actuellement détenue à la prison de Fayçaliyah de Damman où elle est incarcérée depuis juin 2016 après son arrestation pour le meurtre de son employeur. Selon les explications d’une source autorisée, pour l’instant, Mbayang Diop ne va pas rejoindre le couloir de la mort. « (…) La sentence ne sera pas automatiquement exécutée parce que ses enfants sont encore mineurs. Par conséquent, elle va rester en détention pour encore quelques années avant que la justice saoudienne n’ordonne son exécution », a-t-elle confié. Début août dernier, Macky Sall a personnellement plaidé la cause de sa compatriote, sous menace d’exécution, devant le ministre saoudien des affaires étrangères Adel Al Jubeir qui était en visite au Sénégal Aussi, bon nombre d’initiatives ont été enclenchées par la diplomatie Sénégalaise pour éviter la décapitation à la jeune sénégalaise mais, les efforts semblent ne pas payer, pour le moment. (Source Sidy Djimby Ndao, Dakar).

Burkina Faso (Afrique de l’Ouest): 50.000 personnes pour le 1er grand rassemblement de l’opposition. Près de 5.000 personnes se sont réunies samedi dans une ambiance électrique à la Maison du Peuple de Ouagadougou pour le premier grand rassemblement de l’opposition burkinabè recomposée depuis l’accession au pouvoir de Roch Marc Christian Kaboré en décembre 2015.« Notre opposition est nouvelle, elle est plurielle (…) Elle comprend des libéraux, des sociaux-démocrates, des sankaristes (du nom de l’ancien président Thomas Sankara), des centristes, des communistes, et des gens sans appartenance politique (…) Nous ne sommes pas d’accord sur tout mais nous tous sommes d’accord sur quelque chose: c’est que le MPP (Mouvement du peuple pour le Progrès, au pouvoir) gère mal le Burkina Faso », a déclaré le chef de l’opposition Zephyrin Diabré, soulevant les acclamations de la foule. Cette nouvelle plateforme de l’opposition comprend un trentaine de formations mais surtout l’Union pour le progrès et le changement (UPC de Zephyrin Diabré) et le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP, l’ancien parti de Blaise Compaoré).M. Diabré a été pendant des années le principal opposant à Blaise Compaoré qui a été obligé de quitter le pouvoir après 27 ans à la tête du pays et l’insurrection d’octobre 2014.Celle-ci a porté au pouvoir après un an de transition et une élection démocratique des anciens barons du régime Compaoré passés peu avant dans l’opposition et qui ont créé le MPP.« Nos amis en face ont peur de la colère du peuple, peur d’une nouvelle insurrection. C’est normal. Comme on dit dans la tradition : +L’assassin sait que le coup de gourdin fait mal+ (…) Qu’ils fassent attention ! », a lancé M. Diabré.Le mot d’ordre « attention » a été repris à maintes reprises par les militants. Ce cri était justement un des principaux slogans pendant l’insurrection d’octobre 2014. M. Diabré a « rappelé que le peuple a faim, que les jeunes sont au chômage, que l’argent ne circule pas, que les soins ne sont pas gratuits (…) que les femmes sont dans la misère ». « La corruption est repartie de plus belle au pays des hommes intègres (Burkina Faso) », a-t-il estimé. M. Diabré et l’ensemble de l’opposition ont présenté un programme commun ainsi qu’un « questionnaire de 200 marqueurs » pour suivre la politique du gouvernement. Par ailleurs, le chef de l’opposition a évoqué la préparation d’une motion de censure. La pouvoir aura « en face de lui une opposition +caillou+ (dure) (…) qui mènera son combat (…) dans la presse, dans l’hémicycle et s’il le faut dans la rue ». (Source Agence française de presse (AFP).

Burkina Faso: L’artiste burkinabé Bonso vainqueur de la 11e édition des « Syli d’or de la musique du monde »L’artiste burkinabè Bonsa est le lauréat de la 11è édition des « Syli d’or de la musique du monde ». Les résultats de l’édition 2017 de cette compétition qui s’est déroulée du 14 au 27 avril sont tombés ce vendredi 28 avril 2017 à Montréal au Canada. Au total, ce sont 22 représentations, 36 groupes pour près de 25 pays participants.Les «Syli d’or de la musique du monde» offre une chance à tous les artistes participants d’atteindre un nouveau public et d’être découvert par l’industrie musicale. Vitrine exceptionnelle des meilleurs talents de la scène musicale mondiale canadienne, cet événement a connu 22 soirées de concerts de différents artistes venus du monde entier. Sur les trois finalistes, c’est le Burkinabè Bonsa qui est sorti vainqueur. Il repart ainsi avec le Syli d’or, les deux autres repartent avec l’argent et le bronze. En plus d’une enveloppe 45 000 $, le Syli d’or recevra tous les outils nécessaires lui permettant de développer sa carrière à l’échelle nationale et internationale (source Fazonine).

La Rédaction.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article