Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

« Qui n’avance pas, recule », déclare une citation anonyme. C’est tout à fait vrai, car lorsqu’on prend son temps à observer beaucoup de pays dans le monde, confrontés à des graves difficultés d’insécurité, ce n’est pas une accusation gratuite de dire certains d’entre eux et particulièrement ceux d’Afrique qui sortent récemment des conflits civils, ethniques ou religieux ont du mal à sortir la tête de l'eau.Le cas par exemple de la République centrafricaine a obligé depuis le vendredi 28 avril 2017 l'Onu a lancé un appel à la communauté internationale à un financement accru de l'aide, après une visite dans ce pays en proie à la violence et où la moitié de la population dépend de l'aide humanitaire.

D’Après nos confrères de la Radio et Télévision Belge (zone francophone) et l’AFP, L’Onu veut attirer l'attention sur une « recrudescence de la violence dans l'est et le nord-ouest du pays » provoquant le déplacement d'"un cinquième de la population", dit le communiqué. La moitié des Centrafricains dépend de l'aide humanitaire, a rappelé Mme Rochdi, qui précise qu'"une personne sur deux se trouve en situation d'insécurité alimentaire ». « Il y a des situations de grave insécurité, mais il y a des opportunités. On a visité Paoua et Bambari : il y a de l'espérance. A Paoua, on a vu un projet de relèvement avec des reconstructions de bâtiments », a détaillé à l'AFP Allegra Baiocchi, représentante régionale des Nations unies en Afrique de l'Ouest et centrale pour les actions humanitaires. « C’est un appel d'urgence à la communauté internationale pour le maintien et la consolidation de la paix », a indiqué par téléphone à l'AFP par le bais de Najat Rochdi, coordonnateur humanitaire en Centrafrique pour les Nations unies, après la fin vendredi d'une mission de suivi de quatre jours dans le pays. La Centrafrique peine à se relever du conflit provoqué en 2013 par le renversement du président François Bozizé par des groupes armés Séléka prétendant défendre la minorité des 20% de musulmans parmi 4,6 millions de Centrafricains.

La contre-offensive des milices d'autodéfense anti-Balakas, majoritairement chrétiens, a provoqué des milliers de morts et des centaines de milliers de déplacés. Suite à l'intervention de la France et des Nations unies, les massacres de masse ont pris fin, mais l'Etat reste très peu présent dans un pays où les groupes armés sont responsables d'une recrudescence des violences depuis octobre. Les Nations Unes s’inquiètent donc du « sous-financement chronique » de l'action humanitaire en Centrafrique, « dans la mesure où il menace l'existence d'une aide vitale », estime l'organisation internationale dans un communiqué publié vendredi. Selon les Nations unies, 10% des 400 millions de dollars promis pour 2017 ont été versés ; 40% du financement prévu pour 2016 avait été reçu.« Il faut saisir l'opportunité pour booster le pays en avant », estime Mme Baiocchi. Le pays a tenu des élections en 2016, veut établir un tribunal mixte (national et international) et a entamé des négociations pour un désarmement des milices.

La République centrafricaine, aussi appelée le ou la Centrafrique en Sango langue locale « Ködörösêse tî Bêafrîfa », est un pays d’Afrique centrale, l’un des plus pauvres du contient, dont la population est estimée à 45000.000 habitants, pour une superficie d’environ 623000km2.Pourtant ce pays dispose par ailleurs de nombreuses ressources naturelles notamment l’uranium, l’or et les diamants. Le pétrole et l’énergie hydroélectrique sont d’autres ressources potentiellement importantes, mais inexploités à ce jour (source Wikipédia). La Centrafrique est entourée de pays dont les tensions se répercutent sur son territoire. La dernière décennie (1990-2010) a vu de nombreux conflits périphériques pénétrer le pays, puis 2010-2016 s’est vu installer un conflit dont la forme visible est la déchirure Chrétienne-musulmane au point où les musulmans sont majoritairement réfugiés au Tchad, pays voisin. Il y a aussi un Mouvement dit « Armée de Résistance du Seigneur »(LRA),originaire d’Ouganda que l’on dit toujours être présent dans le Sud-Est du pays, proche du Soudan du Sud.

Ahmat Zéïdane Bichara.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article