Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Le comportement anti-démocratique de monsieur Alhayif Adoum CHoroma, préfet de la ville d’Am-timan,le chef-lieu d’une région tchadienne située au Sud-Est du pays pousse les défenseurs de Droits de l’Homme à la colère. Voilà pourquoi la Convention Tchadienne pour la Défense des Droits de L’Homme(CTDDH, ctddh_organisation@yahoo.fr ou Tel : +235 66267981 ; +235 92106983 ) se dit très préoccupée par le comportement arbitraire et anti-démocratique de cet administrateur local, qui dans son obstination à vouloir à tout prix obliger les ressortissants du canton Rachid Darsalim dans le village Al-alak à suivre le canton Salamat II créé par le décret N° 1081/PR/PM/MATD/ 2012 du 15 novembre 2012.

Dans son communiqué de presse n°009 du mardi 14 mars 2017, la CTDDH révèle que suite aux protestations élevées par les populations du canton Rachid Darsalim, ce préfet n’a pas hésité à arrêter arbitrairement d’une façon respective deux de leurs en l’occurrence messieurs Adam Hamid et Oumar Moussa. Dans ce même communiqué de presse la CTDDH n’a pas aussi oublié de mentionner que ce présumé injuste préfet n’avait pas hésité à les menacer de les transférer sans jugement à la sinistre prison de Koro-Toro au Nord du pays au cœur du désert tchadien, là où là-bas la nature n'est pas facile aux populations. Selon le communiqué de presse de la CTDDH signé de son secrétaire général Mahamat-Nour Ahmat Ibedou, cette arrestation est d’autant plus arbitraire que ces citoyens avaient toujours relevé du canton Rachid Darsalim depuis l’indépendance du Tchad, le 11 août 1960.

 

La CTDDH,souvent représentée par son secrétaire général monsieur Ibedou estime par ailleurs que le décret précité du fait qu’il modifie le découpage administratif est en soi illégal, parce que pris en violation de la loi organique numéro 019/PR/2010,déterminant les principes fondamentaux de l’organisation administrative du territoire de la République du Tchad. Et ce sont ces raisons qui amènent cet organisme de défense de Droits de l’Homme a exigé la libération immédiate d’Oumar Moussa et d’Adam Hamid en mettant surtout en garde le préfet contre la création d’une nouvelle source de conflit dont il avait dans le passé été l’instigateur dans le même département. Monsieur Ibedou qui est l’un des grands responsables de la CTDDH considère que si un jour une autre situation malheureuse naisse dans cette partie du Tchad,Alhayif Adoum CHoroma encoderait la responsabilité des conséquences qui adviendront des actes arbitraires qu’il a posé et surtout répondra d’éventuelles atteintes à l’intégrité physique de deux innocentes personnes arrêtées. En outre, monsieur Mahamat-Nour Ahmat Ibedou informe les populations tchadiennes au niveau national, celles de la diaspora et les dirigeants de la planète comme ceux de l’ONU, les Etats-Unis d’Amérique, Union européenne ou autres que la création anarchique et artificielle des cantons par le président tchadien Idriss Deby Itno entre dans le cadre de sa néfaste politique qui consiste à diviser les membres des différentes communautés du pays. Pourtant, tout le monde sait bien que des telles divisions dégénèrent habituellement en conflits armés entraînant souvent des pertes humaines.

Ahmat Zéïdane Bichara

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article