Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

L’instauration de la journée nationale de prière pour la paix, la cohabitation pacifique et la concorde nationale en 2010 est une initiative en soi louable. Célébrée chaque année, cela donne lieu à une cérémonie officielle au palais du 15 janvier, en présence d'Idriss Deby Itno,le Chef de l’Etat tchadien, comme ce fut le cas le 10 mars 2017. Ainsi, lors de cette cérémonie le président tchadien a prononcé un discours au cours duquel il a dénoncé la culture du communautarisme et la corruption. Par ailleurs, il a salué le protocole d’accord conclu entre le gouvernement et la plateforme syndicale qui est le fruit d’un dialogue franc et sincère. Comme tant des occasions manquées, cette cérémonie ne réglera jamais les problèmes des Tchadiens désabusés et incrédules aux beaux discours de grands jours, car ils savent que ce sont des engagements sans lendemains.Qui plus que le président de la République est capable de changer les cours des choses, car il en a la légitimité, les pouvoirs et les moyens. Et si, rien ne bouge dans certains domaines, élection après élection, alors à qui incombe la faute ! Faire le diagnostic de tout ce qui va mal, c’est beau, mais trouver les solutions efficaces, adaptées et dans les meilleurs délais, c’est mieux. Lorsque cela sera fait un jour alors la parole du président deviendra de nouveau crédible et audible sans quoi ce sont que des paroles en l’air.En principe, dans un pays riche par sa diversité comme le Tchad, les valeurs telles que le respect de la dignité humaine, la solidarité, la tolérance, le respect du bien commun, la bienveillance, la paix, la reconnaissance, l’humilité, le pardon etc. sont fondamentales pour bâtir une nation où il fait bon vivre.Malheureusement, nous sommes très éloignés d'une époque assez récente où la majorité de ces valeurs faisant encore la fierté de tout un peuple, mais qui disparaît peu à peu aujourd'hui d’où la société en déliquescence actuelle.

A commencer par les leaders religieux et politiques qui ont délaissé leur noble mission pour se livrer à la recherche du confort matériel. Et la connivence entre les trois leaders des principales confessions religieuses du pays (Musulmane,Protestante et Catholique) avec le pouvoir est désastreuse pour le pays.Les leaders religieux incarnent l’autorité morale dont le rôle est de rappeler les valeurs religieuses à tous et de dénoncer les abus constatés et toutes formes de déviances. Dès lors que ces leaders religieux sont incapables de dire aux gouvernants de changer des pratiques, ils cessent d’être les références et les représentants de Dieu sur terre car ils ne font plus la volonté divine mais plutôt ils versent dans la compromission avec le pouvoir. Force est de constater que depuis l’avènement du pétrole en 2003, la société tchadienne est plongée dans une crise morale sans précédent. Car la course effrénée aux biens matériels, le gain de l’argent facile, la vanité et la cupidité de l’Homme ont affecté négativement le comportement de tous les citoyens au point d’en faire pour beaucoup de simples croyants de façade. Pourtant, les tchadiens dans leur ensemble sont profondément attachés à leur foi - musulmane ou chrétienne il n’y a pas encore longtemps et sont animés des valeurs humanistes, religieuses, relationnelles, morales et sociales. Ces grandes familles de valeurs fondent une vie harmonieuse en société.

 Moussa T. Yowanga

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article