Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Suite au nouveau décret migratoire promulgué par l’administration américaine de Donald Trump qui va rentrer en vigueur le 16 mars prochain, interdisant temporairement l’entrée aux Etats-Unis des réfugiés et des ressortissants de six pays à majorité musulmane, tels que l’Iran, Libye, Somalie, le Soudan d’Omar Hassan El-Bechir, Yémen pour éviter l’infiltration de terroristes potentiels sur leur territoire. Le gouvernement Nord Soudanais par le biais de son ministère des Affaires étrangères décida de façon acharnée de convoquer le jeudi 09 mars 2017, Stenven Koutsis, le chargé d’Affaires américaines à Khartoum pour protester justement contre ce décret migratoire du président Donald Trump qui n’a pas hésité de ranger ce pays d’Afrique de l’Est parmi les pays où les populations sont fortement musulmanes. Il faudrait mentionner que ce polémique nouveau texte a été amendé et atténué par rapport à la version du 27 janvier, qui avait provoqué une onde de choc dans le monde arabe.

Certains pays,considérés comme musulmans ont vu leurs noms purement supprimés, alors que celui du Soudan a été maintenu dans la nouvelle version du décret. Et ce sont ces raisons qui ont poussé le gouvernement d’Omar Hassan El-Bechir a exprimé son mécontentement à Stenven Koutsis, l’un des plus hauts diplomates américains en poste à Khartoum. Le même Stenven Koutsis a été déjà convoqué le 29 janvier dernier pour protester contre le premier décret signé par Donald Trump. D’Après la presse soudanaise, les citoyens soudanais n’ont jamais été liés à aucun crime ou acte terroriste commis aux Etats-Unis.

D'ailleurs, peu avant la fin de son mandat, l’ancien président Barack Obama avait déjà pris la décision de lever certaines sanctions économiques américaines imposées au soudan. Bien avant l’allégement de ces sanctions le 13 janvier de cette année en cours, le pays afro-arabe se trouvait depuis 1997 sous embargo commercial des USA qui l’accusaient de soutenir des groupes islamistes armés.

Rappelons aussi que le défunt fondateur et chef d’Al-qaïda, Ousama Ben Laden a été basé dans la capitale soudanaise entre 1992 et 1996. A cela s’ajoute les deux mandats d’arrêt qui ont été émis contre Omar El-Béchir pour crimes contre l’humanité commis lors du conflit au Darfour opposant de mars 2003 à juillet 2008,le gouvernement soudanais et plusieurs groupes armées, en particulier le Mouvement Armée de la Libération du Soudan(M/ALS) et le Mouvement pour la Justice et l’Egalité(MJE).Dans leur campagne contre ces groupes armés, Omar El-Béchir et d’autres dirigeants politiques et militaires soudanais de haut rang avaient planifié l’attaque des populations civils appartement principalement aux groupes Dadjos, Foors,Massalits,Zaghawas etc...

                                                           Ahmat Zéïdane Bichara

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article