Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Jusqu’à quand la secte islamique Boko-Haram s’arrêtera à endeuiller des familles innocentes en Afrique et particulièrement au Sahel ? Là où encore leur machiavélique philosophie demeure incompréhensible aux personnes de bonne foi, c’est le fait que ces hommes soi-disant des croyants puissent se servir de certaines femmes naïves pour développer des incontrôlables techniques nouvelles suicidaires, même pour des pays surarmés comme le Nigéria, le Tchad, la France, le Cameroun, sans oublier l’Organisation des Nations Unis (ONU) et les Etats-Unis d’Amérique (USA). Ils n’hésitent plus souvent à faire recourt aux femmes, ou parfois aux très jeunes filles comme kamikazes. Le samedi dernier de ce mois de mars, des membres de la milice civile qui travaillent en soutien de l'armée ont assuré avoir tué deux femmes qui s'apprêtaient à commettre un attentat dans Maiduguri. Elles étaient âgées d'environ 18 ans, selon eux, et une d'elles était enceinte. En janvier 2017, une femme kamikaze s'est fait exploser dans l'Etat voisin d'Adamawa avec un bébé attaché dans le dos, faisant plusieurs victimes. Et chaque jour l’Afrique ne cesse de perdre en toute impuissance  des hommes et des femmes, comme si le fait que des chercheurs européens l’avaient ou l’ont toujours considéré comme le berceau de l’humanité, l’amène à jouer aussi le rôle de berceau de la mort et surtout des criminels.

Comme pour confirmer cela, Boko-Haram continue d’être actif cyniquement. Et c’est vrai, car même ce matin du mercredi 15 mars 2017, Boko-Haram a fait 2 morts et 16 blessés dans un attentat-suicide dans le quartier d’Usmanti, à la périphérie de Maiduguri, capitale de l’Etat du Boro théâtre ces dernières semaines de multiples attaques sanguinaires, rapporte l’Agence Nationale de gestion des Urgences( Nema). Nema précise que ce sont quatre femmes kamikazes qui se sont fait exploser ce mercredi à proximité d’une gare routière, causant donc la mort de deux innocentes âmes et 16 blessés. Les journalistes nigérians du Nord du pays décrivent cet attentat-suicide a eu lieu à 01h15 du matin (00H15 GMT) à Usmanti abritant un important camp pour les personnes déplacées par le conflit entre l’armée et Boko-Haram. Près d’un million d’habitants du Borno et de la région du Lac-Tchad ont trouvé refuge à Maïduguri. Depuis 2009, le conflit avec Boko Haram a fait plus de 20 000 morts et 2,6 personnes ont dû fuir leur foyer. Selon l'ONU, 7,1 millions de personnes sont en "grave insécurité alimentaire" sur les pourtours du lac Tchad où beaucoup de ces zones sont fortement touchées par la famine.

Ahmat Zéïdane Bichara

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article