Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Depuis le début de l'année, au moins 590 migrants sont morts ou disparus au large de la Libye, selon un bilan de l’Organisation Internationale pour les Migrations(OIM), établi avant ce naufrage de 146 migrants disparus, tandis que les autorités italiennes ont enregistré plus de 23 000 arrivées sur leurs côtes.

L’Afrique est en train donc de tout perdre. Nul n’a plus besoin d’un microscope pour déceler cette disparition du continent africain, dont on dénonce au haut et fort tant en matière de ressources naturelles et humaines. C’est bizarre et cela fait d'ailleurs peur de se rendre compte que tous les continents et surtout toutes les grandes puissances mondiales ont les yeux tourner en direction de l’Afrique. Contrairement à cela, les yeux des Africains quant à eux sont tourner en direction de ces continents et plus clairement vers l’occident, le Canada et les Etats-Unis. Là où cela fait peur, c’est quand dans une année, il y a eu plusieurs sommets entre autres : France-Afrique, Allemagne-Afrique, Chine-Afrique, Japon-Afrique, Inde-Afrique et j’en passe. Pendant que les dirigeants africains se rivalisent d’ardeur pour défendre respectivement leurs propres intérêts au détriment des intérêts des populations de leur continent. Leur terre est en train d’être piller, surexploiter et dépouiller à la manière des chasseurs ou des charognards enlevant la chair de l’animal ou les écailles d’un poisson par des grandes puissances et surtout par des multimilliardaires égoïstes et sans cœur. Et oui, l’Afrique perd tout. Pire encore, elle se vide de ses hommes et de ses femmes sans qu’aucun dirigeant ne mette sur la table ce débat de façon démocratique afin qu’un jour que l’on puisse trouver des solutions tangibles. Mais en vain. Malheureusement parmi ceux qui fuient leur continent, il y a certes des chanceux qui arrivent à bon port. En revanche, d’autres se noient en méditerranée sans qu’une fois de plus qu’on ne se sache exactement vers quel endroit sont enterrés leurs corps. Voilà une triste réalité. Et cette triste réalité ne s’arrêtera pas pour l’instant tant que les naufrages se succèdent en Méditerranée ou ailleurs. A qui la faute ?

Le mercredi 29 mars 2017 le Haut-commissariat de l’Organisation des Nations Unies(ONU) pour les réfugiés (HCR) rapporte que 146 migrants disparus. Un jeune Gambien secouru mardi en mer a raconté être parti de Libye à bord d'un canot qui a pris l'eau et dont les quelque 146 autres passagers sont portés disparus. Selon les premiers éléments recueillis par l'Organisation Internationale pour les migrations (OIM), il a été repéré presque par hasard par le navire espagnol, puis transféré sur une vedette des garde-côtes italiens qui l'ont conduit à Lampedusa. Parti dimanche ou lundi de Sabrata (nord-ouest), cet adolescent de seize ans a été secouru par un navire militaire espagnol de l'opération européenne anti-passeurs Sophia et transféré dans la nuit à Lampedusa, l'île italienne la plus proche des côtes africaines. Selon son récit à un membre du HCR venu le rencontrer à l'hôpital où il a été pris en charge, il y avait cinq enfants et plusieurs femmes enceintes à bord du canot, dont les passagers venaient essentiellement du Nigeria, de Gambie ou encore du Mali. Quelques heures après le départ, le canot a commencé à prendre l'eau. Les migrants ont peu à peu coulé, selon le jeune Gambien qui a expliqué avoir survécu en s’agrippant à un bidon d'essence.

La Rédaction

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article