Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Toute chose n’est-elle pas à la fois bonne et mauvaise ? c’est  peut être vrai, mais cela dépend de l'utilisation qu'on en fait et de la capacité de discernement de chacun. En effet, le manque de discernement peut potentiellement exposer une personne  au danger. Certes, pour certains penseurs avant d'être fort, chaque être est faible. Autrement dit chaque faible devient fort lorsqu'il est confronté à la réflexion résultant équations difficiles de sa vie.Et cela est valable pour tous les êtres humains.. L’exemple de l’utilisation de Facebook est l’une des choses qui retient notre attention.

En effet depuis que Facebook a été créée par Mark Zuckerberg et ses coéquipiers, beaucoup de journalistes d’investigations se sont toujours demandés si ce réseau social ne joue-t-il pas un rôle dans la radicalisation de la pensée ? Facebook nous pousse-t-il à lire des points de vue de plus en plus extrêmes ? Dans une expérience assez forte qu’il a réalisé en début de l’année 2017,Ryan Broderick, un journaliste d’investigation d’origine américaine appelle les utilisateurs des réseaux sociaux à la prudence et surtout à savoir que toute personne utilisant  Facebook ou pas, est déterminée par un algorithme. C’est une formule qui fait un tri pour vous en fonction de toute une série de paramètre : les pages que vous aimez, l’endroit où vous vivez, les articles sur lesquels vous avez cliqué, les amis que vous suivez etc…

Ainsi, explique Ryan Broderick, en tenant compte d’un nombre d’éléments, Facebook va vous proposer des contenus qu’il imagine intéressant pour vous. Il nous explique le danger ou l’utilité de Facebook en nous donnant l’exemple d'une pratique qu’il a lui-même vécu. Il s’est abonné à la page Facebook de la Convention Républicaine. Après plusieurs jours d’abonnement donc, l’homme des médias américains a été confronté après seulement quelques jours à des contenus néo-nazis. Et finalement, on se demande comment le journaliste d’investigation s’y est-il pris face à ce danger de Facebook qui eut inondé son espace avec des informations dangereuses ou naturellement celles qu’il n’apprécie guère du tout ? Vous allez le savoir comment son esprit malin l’avait aidé à éviter le pire ? Ryan le journaliste eut décidé de créer un nouveau profil Facebook et avait uniquement aimé la page de la convention républicaine nationale. A ce moment-là, une liste de page lui a été suggéré. La première était celle du chef de cabinet de la Maison Blanche. Il a aussitôt cliqué sur Like, c’est-à-dire sur j’aime et Facebook lui propose plein d’autres pages qu’il a également aimer.

Au fil des jours, il continue à s’abonner à ce que Facebook lui propose. Le journaliste d’investigation reconnait qu’il est allé de surprise en surprise. Il révèle qu’il a commencé à avoir des contenus légèrement pornos avec des textes anti-immigrés. Ensuite, il a vu des articles qu’il n’aurait jamais eu dans son fil d’actualités comme des articles sur le White power. Et de fil en aiguille, c’est le contenu du site Daily Stormer qui lui est proposé. C’est un site géré par des néo-nazis et c’est là où son enquête devient intéressante, car après quatre jours, son fil d’actualités s’était radicalisé au point qu’il reçoive des contenus écrits directement par des néo-nazis. En conclusion, le journaliste d’investigation remarque son expérience lui avait démontré que les contenus radicaux s’invitent parfois plus vite qu’on ne le pense, qu’ils soient politiques ou religieux comme c’est le cas avec la propagande djihadiste. Sachez-le tout de même lorsque les responsables de Facebook avaient contesté l’expérience du journaliste en disant que personne n’utilise le réseau social de cette manière sans aucun ami et en aimant tout ce qu’on se voit proposer.

Et comme tout le monde a son mot à dire,vous êtes libres d'apporter votre propre témoignage ou de contester l'expérience de ce journaliste d'investigation sur le réseau Facebook,l'un des plus utilisés de la planète.

                                              Ahmat Zéïdane Bichara

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article