Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Certes, dans ce monde où la vie paraît souvent difficile pour certains noirs africains, lorsque des bonnes nouvelles d’argent tombent aux oreilles des personnes démunies ou les plus nécessiteuses, l’espoir renaît. En revanche, il faut la prudence ou de retenu dans toutes choses. En effet, la plus coriace des exercices à faire n’est pas d’avoir de l’argent ou de bénéficier des aides de ses donateurs, mais de savoir où ira-t-il cet argent et comment va-t-il être gérer ? Et souvent, c’est là où résident les plus grandes difficultés de beaucoup de pays africains en matière de gestion des ressources naturelles et de tout ce qu’ils reçoivent en dons, surtout de l’argent en espèce. L’Afrique gère mal ses ressources et l’argent qu’elle reçoit comme dons des grandes institutions financières. Tant que ce problème de malversations financières ou de détournements de fonds ne trouve pas des solutions précises et fiables, on peut bien donner des milliards aux Africains, mais cela ne servira à rien.

 

Malheureusement, on a l’impression que des grandes institutions financières comme la Banque Mondiale(BM), le Fond Monétaire International(FMI) ou autres ne se préoccupent(suivi concret) pas  assez de la gestion de l’argent qu’elles attribuent à l’Afrique. Elles donnent aujourd’hui, elles donneront demain  sans attendre à des résultats meilleurs. On peut même croire que ces dons contribuent à creuser davantage le fossé entre les pauvres africains et les riches. D’ailleurs beaucoup de pauvres africains n’ont même  pas l’accès à certaines informations comme celle que la Banque Mondiale(BM) vient d’annoncer hier dimanche 19 mars 2017 où 57 milliards de dollars d’investissements sur les trois prochaines années allaient être mobilisés pour l’Afrique sub-saharienne.

 

D’après la presse allemande, l’essentiel de ce financement (45 milliards de dollars) va provenir de l’Association International de Développement(AID), l’Agence de la Banque Mondiale qui accorde des dons et des crédits à taux zéro aux pays les plus pauvres. Selon la même presse, quelque 8 milliards proviendront de financements privés par le biais de la Société Financière Internationale(IFC), une autre antenne de la BM et 4 milliards de la Banque Internationale pour la Reconstruction et le Développement (BIRD), la filiale de la Banque dédiée aux pays à revenu intermédiaire. Toutes ses informations ont été précisées par le président de la Banque Mondiale(BM), Jim Yong Kim, cité dans un communiqué de presse rendu public à l’issue de la réunion des ministres des Finances du G20, qui s’est tenue à Baden-Baden, le vendredi 17 et le samedi 18 mars 2017. Notez-le bien au passage que la Banque Mondiale(BM) a fait du partenariat avec l’Afrique qu’elle a nommé « Compact With Africa », une priorité de son président Jim Yong Kim. Malheureusement, seule l’Afrique du sud fait partie de ce cénacle de tous les pays africains.

La Rédaction 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article