Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Attention, il ne faut pas enterrer très tôt François Fillon, candidat de la Droite républicaine ayant remporté nettement les primaires de son camp en supplantant le maire de Bordeaux, Alain Juppé (66,5 % contre 33,5 %). Malgré sa tourmente politique et judiciaire qui a sérieusement écorné son image de candidat de la probité morale et de l’honnêteté, le noyau dur de son électorat continue de le soutenir et de lui faire confiance. Il martèle contre vents et marées qu’il dispose le meilleur programme pour redresser la France.

 

A 40 jours du 1er tour de la présidentielle, c’est un exercice absolument improbable et risqué que celui de parier sur le probable vainqueur des élections tellement les paramètres de l’équation sont complexes et aléatoires voire incertaines malgré les pronostics médiatico-sondagiers qui donnent le ticket Le Pen-Macron gagnant, le 23 avril prochain et Macron(fondateur d'En Marche) vainqueur au soir du second tour prévu le 7 mai 2017.

 

La question du terrorisme qui soulève autant de débats dans les sociétés occidentales, constitue un terreau fertile où prospèrent les extrêmes comme le Front national en France. Outre l’immigration clandestine, le terrorisme est un argument électoral porteur pour les partis d’extrême droite. Car l’amalgame entre les deux savamment orchestré par les partis dits populistes vise à attiser les peurs et à désigner l’étranger comme l’ennemi qu’il faut mettre hors d’état de nuire, éventuellement par des lois très rigoureuses. L’engagement de la France sur les théâtres d’opérations extérieures, en particulier au Sahel, en Syrie, en Irak et en Libye en fait une cible principale des groupes terroristes.Les attaques terroristes perpétrées ces dernières années sont clairement des actes de représailles contre ce pays. L’attaque de Charlie-Hebdo, le carnage de Bataclan, l’attentat de Nice et de Toulouse témoignent du prix fort payé par les citoyens. Du coup, le thème du terrorisme s’impose comme l’un des thèmes principaux de cette campagne. Chaque candidat en parle et fait des propositions dont l’efficacité reste à prouver. Le retour des français partis faire le Jihad en Syrie et l’Irak constitue également une préoccupation majeure qui conduit les candidats à la surenchère par rapport à l’arsenal juridique à leur encontre. Le cas le plus extrême envisagé par certains candidats est la déchéance de la nationalité qui n’est pas facile à mettre en œuvre juridiquement.

 

La sortie du Royaume-Uni de l’Union-européenne ou Brexit demeure un sujet d’actualité crucial qui oppose les pros et anti-européens. En effet par une courte majorité de 51,9 %, les anglais ont manifesté leur volonté de s’affranchir du joug de l’Union Européenne qu’ils considèrent très éloignée des préoccupations des citoyens, antisociale et difficile à réformer. C’est un sentiment partagé par beaucoup de citoyens d’autres pays. Le nombre des europhobes ne cesse de croître. La candidate frontiste surfe sur cette vague et y voit dans la sortie de l’Union Européenne comme une panacée. La répercussion du contexte international sur la campagne présidentielle est sans commune mesure. Jamais pareilles contingences extérieures n’ont eu autant d’impacts sur des élections présidentielles françaises.

 

L’élection surprenante de Donald Trump comme 46e président des Etats-Unis, pourtant ignoré des médias et de la classe politique jusqu’à son propre camp aiguise les appétits et fait nourrir de grands espoirs aux électeurs du Front National, et leur candidate Marine Le Pen qui s’identifie au président américain à tous égards, à la fois par son côté transgressif et sa posture victimaire et antisystème. Il se veut le pourfendeur de l’immigration clandestine et du terrorisme vus comme les principales menaces des Etats-Unis. Obnubilé par les questions de l’immigration clandestine, l’un de ses thèmes favoris de campagne, Donald Trump a hâtivement signé son fameux décret Trump sur l’immigration, lequel lui a valu une levée de bouclier partout et a été bloqué par un juge fédéral. Tout comme le nouveau décret a été attaqué en justice par plusieurs Etats et organisations.

                                                         Moussa T. Yowanga

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article