Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

En revanche, l'ONG Human Rights Watch a estimé que le jugement laissait sans réponse des questions graves sur son rôle présumé dans des crimes brutaux. Car l’acquittement de l’ex-première dame est le reflet des nombreuses irrégularités dans le procès qui a été le sien, en parlant évidement d'une enquête de mauvaise qualité et d'éléments peu convaincants présentés lors du procès. Pour rappel sachez-le bien que l'épouse de l'ex-président Laurent Gbagbo, qui n'était pas présente lors de l'annonce du verdict, a déjà été condamnée en mars 2015 à 20 ans de prison pour atteinte à la sûreté de l'État. Cette peine a été confirmée en appel ce mois-ci. Les procureurs instruisant le procès pour crimes de guerre avaient accusé Simone Gbagbo d'avoir appartenu à une cellule de responsables du Front populaire ivoirien (FPI, qui était alors au pouvoir) chargée de planifier des violences contre les partisans d'Alassane Ouattara, alors chef de file de l'opposition, pour l'empêcher d'arriver au pouvoir. Alassane Ouattara a depuis lors été élu à la présidence.Laurent Gbagbo est en procès devant la CPI pour son rôle dans le conflit civil, provoqué par son refus d'accepter sa défaite face à Alassane Ouattara au second tour de la présidentielle de 2010.

 

D’après nos confrères des médias ivoiriens et canadiens, l’ancienne première dame de la Côte d'Ivoire Simone Gbagbo a été acquittée le mardi 28 mars 2017 des chefs de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité en lien avec les violences post-électorales, qui ont fait environ 3000 morts. Finalement son pays la Côte d’Ivoire a décidé de ne plus refusé extrader vers La Haye pour qu'elle réponde d'accusations analogues devant la Cour pénale internationale (CPI), où son mari est actuellement jugé. Son avocat maître Mathurin Dirabou, après l'annonce du verdict se dit heureux, car croit-il que depuis le début depuis le début du procès, sa cliente avait toujours clamé son innocence. Il le dit avec beaucoup d’assurance aux antennes de la Télévision canadienne que le dossier instruit contre elle par l'accusation était vide. L’avocat des plaignants se dit malheureusement déçu et regrette surtout cette décision, en pensant aux nombreuses victimes.

La Rédaction.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article