Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Frappés depuis déjà quelques mois par une farouche crise financière la plus insupportable de l’histoire de leur pays, dont les causes seraient provenues de la baisse des cours du pétrole au niveau mondiale, d’après l’actuel gouvernement de N’Djaména, beaucoup de Tchadiens ont relégué au second rang certaines événements comme le dossier d’Hissein Habré pour mieux consacrer un grand nombre de leur temps à des questions essentielles liées à leur survie. Et pourtant Dakar la merveilleuse ville ouest-africaine n’a pas fini de trimbaler en justice Hissein Habré, cet homme qu’elle considère désormais de responsable de la mort de quelque 40 000 morts et bien d’autres actes malsains et inhumains.

Déjà condamné le 30 mai 2016 à la détention à perpétuité pour crimes de guerre, crimes contre l’Humanité, tortures et viols par les chambres africaines extraordinaires (CAE), crées après un accord bien établi entre l’Union Africaine(UA) et le Sénégal, ce pays qui l’accueille comme réfugié politique depuis qu’il a été chassé en décembre 1990 du pouvoir par son ex-état-major Idriss Deby Itno, l’actuel président tchadien, le verdict du procès en appel du dictateur Hissène Habré est attendu le 27 avril 2017.En effet, il a été jugé en appel pour crimes contre l’Humanité et sera fixé sur son sort le 27 avril 2017,date à laquelle le tribunal spécial rendra son verdict.

Ce verdict sachez-le bien qu’il sera définitif et justement en cas de condamnation, cet ancien homme fort du Tchad(1982-1990) âgé approximativement de 74 ans, purgera sa peine au Sénégal ou dans un autre pays membre de l’Union Africaine(UA). Face à son refus, tout au long du procès en première instance qui s’était ouvert le 20 juillet 2015, de s’exprimer ou d’être représenté devant une juridiction qu’il récuse, la Cour avait désigné trois avocats commis d’office pour assurer sa défense. Ce sont eux qui ont fait appel, et non les conseils désignés par l’accusé qui, selon ses instructions, ont boycotté les débats. Suite à sa condamnation à la perpétuité, Hissène Habré a ensuite été condamné en juillet 2016 à verser jusqu'à 20 millions de Fcfa (plus de 30 000 euros) à chaque victime. Une commission d’enquête tchadienne estime le bilan de la répression sous son régime à quelque 40 000 morts.

L’avènement du procès, 25 ans après la chute de Habré et sa fuite vers le Sénégal, est entièrement dû à la persévérance et à la ténacité des victimes du régime Habré et à leurs partenaires de la société civile, comme Human Rights Watch.

                          Ahmat Zéïdane Bichara/Toulouse 27/01/2017

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article