Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

                  

Excellence Monsieur le Président de la République,

je vous écris cette missive en tant que citoyen tchadien meurtri et désabusé. A la veille de l'année 2015, dans votre appel à la nation, vous avez dit qu'elle sera une année difficile et, à la veille de l'année 2016, vous avez réitéré votre message en disant qu'elle serait encore pire que 2015. Vous avez raison et nous vivons aujourd'hui tout ce que vous avez prédit.

Excellence Monsieur le Président de la République,

la crise causée par la chute du prix du baril du pétrole est réelle et internationale. Mais je crois que notre problème à nous, n'est pas la conséquence de la chute de cette matière, mais il est plutôt dû à une mal gouvernance et une mauvaise gestion, non seulement des revenus pétroliers, mais également de la gestion de la chose publique. Il y a eu plus de ce que je viens de citer, une criarde corruption et des détournements orchestrés des deniers publics que vous-même, vous avez dénoncés à plusieurs reprises.

                          Excellence Monsieur le Président de la République,

notre pays n'est pas loin d'un défaut de paiement car les fonctionnaires tchadiens n'ont pas perçu deux mois de salaire, trois mois pour certains. En plus, le gouvernement de Pahimi Padacké Albert II(premier ministre du Tchad-N.D.L.R) a concocté des mesures prétendument dites d'urgence pour juguler la crise que traverse notre pays. La plupart de ces mesures touchent particulièrement les pauvres fonctionnaires qui vivent du fruit de leur travail.

                           Excellence Monsieur le Président de la République,

personne ne doit payer pour la faute commise par l'autre. Ceux qui ont pillé les ressources publiques vivent tranquillement pendant que les pauvres citoyens subissent viscéralement les conséquences de leurs actes. C'est injuste !

                            Excellence Monsieur le Président de la République,

un ministre qui, par exemple, gagne deux millions de F CFA par mois pourra-t-il se payer une V8? Ou se construire une villa d'une valeur de plus trente millions de nos francs? Impossible! Même s'il épargne un million, il aura épargné douze millions l'année. Mais avec cette somme, comment il se payerait une V8 et construire une Villa? Non, il ne pourrait pas. Les ministres volent les biens du peuple. Biens dont vous êtes le seul capable de protéger et d'en instaurer une bonne gestion.

                        Excellence Monsieur le Président de la République,

le gap creusé par ces voleurs de la République ne pourra pas être comblé par les retenues faites sur les primes et indemnités des fonctionnaires. Ceux-là qui ont détourné les biens de l'Etat doivent restituer ce qu'ils ont volé. Regardez un peu à travers la ville, vous verrez les villas qui poussent comme des champignons et les V8 qui circulent et vous vous rendrez compte de l'évidence.

                       Excellence Monsieur le Président de la République,

un fonctionnaire tchadien qui vit de son salaire ne pourrait pas se construire une villa ni s'acheter une V8 en deux ans d'exercice ou même plus, sauf si ce dernier se fait corrompre et/ ou se livre au vol. Parce que souvent, ils font les deux. 
Je n'ai pas les preuves matérielles, mais Excellence Monsieur le Président de la République, certains cadres tchadiens détiennent des appartements à Paris, au Caire, à Johannesburg et ailleurs alors que certains pauvres fonctionnaires, ceux qui travaillent réellement, n'ont même pas une parcelle ici à N'Djamena ou dans les provinces. Diligentez, s'il vous plait, une enquête et s'il s'avère juste que ceux-là détiennent des maisons dans ces villes citées ci-haut, demandez à ces États de reprendre ces biens immobiliers et transférer les fonds dans le trésor tchadien. Je suis sûr qu'il existe une coopération judiciaire entre le Tchad et la France, ainsi qu'avec les autres États. Demandez à ces pays d'ouvrir une procédure judiciaire. Je suis sûr qu'ils le feront sans hésiter.

                        Excellence Monsieur le Président de la République,

l'autre chose que je vous demande, pas seulement en tant que citoyen, mais aussi en tant que tuteur d'un élève qui est à la maison, parce que ses enseignants n'ont pas perçu leurs salaires et les écoles sont fermées. Je vous demande à cet effet, monsieur le Président de la République, d'annuler ces mesures, arrêtez ceux qui ont détourné les biens de l'Etat et les faire rembourser. Ces milliards volés, s'ils retournent au trésor, pourraient payer les fonctionnaires tchadiens et notre pays pourrait tranquillement sortir de cette crise.

Dans l'espoir que cette lettre vous parvienne, recevez mes salutations les plus chaleureuses Excellence Monsieur le Président de la République.

Mahamat Nour Adoum Sougoumi, Citoyen tchadien,contribution envoyée le 16/11/2016

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article